Catégorie : Natifs

L’Unique

L’Unique est le Grand Persécuteur !

Lorsque leurs pasteurs ne cherchent pas à convertir les braves par la force, ils utilisent les artifices des lâches pour y parvenir : l’alcool, les filles faciles, l’éducation…

Ils pervertissent toute notre culture avec cette religion destructrice ! Ils ne tolèrent pas nos cultes aux divinités légitimes, et tentent de les dévoyer et de les détruire.

Ceux qui se font appeler les Inquisiteurs et qui viennent des contrées du sud se sont même donnés comme mission de tuer tous les shamans ! Les fous !

Ils les jugent comme des sorciers tout juste bons à servir de bois de chauffage. Ils ne comprennent pas qu’ils sont les uniques remparts efficaces contre les maléfices des Atlaxis et de leurs séides.

Leur attitude les mènera à leur destruction et celle de toutes les tribus.

Méfiez-vous de l’Unique !

Bréviaire de l’univers

Empire de Lénédéra = Empire Romain (aujourd’hui disparu sous cette forme).

Union Tyrandienne = Royaume Uni XVII-XVIIIe, en guerre ouverte contre les pirates.

Georgetown (Anciennement Fort George, Colonie fondée par L’Union Tyrandienne) = Colonie américaine époque « Guerre d’indépendance », continent de Terra Incognita.

Palombie (Colonie fondée par les Cités Libres) = Colonie américaine époque « Guerre d’indépendance », continent de Terra Incognita.

Nouvelles colonies = Far West XIXe, conquête de la part de multiples peuplades et populations venues des Terres Impériales à la recherche d’un Eldorado, d’un nouveau départ. Continent de Terra Incognita.

Empire Atlaxi = Aztèques. En guerre contre le continent des Terres Impériales. Troisième continent.

Ranarks / Uruks = Inspi Orcs. Doués d’un don de métamorphose par leur dieu créateur, Valos. Sont plus ou moins. Sauvages selon les individus.

Huasca = Littéralement, les sangs faibles. Nom natif pour désigner un esclave.

Inti = Le Dieu Soleil. Les empereurs Atlaxi se réclament de sa descendance.

Tezkatlipoka = Le Dieu de la Mort.

Hutzilopokli = Le Dieu de la Guerre.

Acanum-Zuhuy = Le Dieu de la chasse.

Ek Chuah = Le Dieu des Marchands et de la Prospérité.

Huixtocihuatl = Le Dieu de l’Eau Salée.

Chiken = Le dieu de l’équité.

Mama Allpa = La déesse de la Fertilité (représentée avec des multiples seins).

Croatoa = Le Grand Serpent.

Takalhabuklé = Le Dieu de la Soumission et des Huascas.

Tupouc  = le Dieu de la Chanson, des contes et de la mémoire.

Buluc Chabtan = le Dieu de la Mort Violente.

Killa = Déesse de la Lune.

Cultes Natifs

Animistes et polythéistes, ils font volontiers des offrandes aux esprits des forêts, après leurs dévotions à Mermée ou à leurs dieux.

La dévotion Atlaxi se pratique beaucoup par le biais de sacrifices, qu’ils soient d’animaux ou d’êtres humains, afin d’honorer leurs dieux et recevoir en retour de puissants dons, mais aussi par l’utilisation de Totems, ce qui renforce de manière considérable la relation qu’entretient un érudit occultiste avec ses dieux, les esprits, les autres mondes ou les sources de magie.

On constate que l’utilisation répétée des totems sur une terre imprègne celle-ci de magie, pouvant aller jusqu’à maudire au complet un lieu et ses habitants.

Lors d’un conflit, les braves ennemis blessés au combat sont sacrifiés aux dieux.

C’est un honneur et une cérémonie solennelle. Bien que la mise à mort soit sanglante, le guerrier ainsi sacrifié peut offrir pleinement sa mort au Dieu de son choix et le rejoindre dans l’après-vie.

La mort est le royaume de Tezkatlipoka. Il accueille les défunts qui n’ont pas été sacrifiés.

Les natifs accordent une grande importance aux rites funéraires, autant par respect envers le défunt, que par peur de voir celui-ci revenir pour se venger. C’est pourquoi les shamans prennent soin de toujours apaiser l’esprit d’un défunt avant de le mettre en terre.

Il existe des rites anciens parmi les tribus, voués à condamner une personne à ne jamais trouver le repos. On parle de corps embaumés et emmurés pour qu’ils restent prisonniers de leurs enveloppes pour l’éternité, on appelle ces morts piégé sur terre les Whakatar.

« Les Dieux Atlaxi ? Oui nos fières tribus possèdent de nombreuses divinités et croyances, mais je ne suis pas sûr que tu puisses comprendre, avec ta vision de colon, que ce que je vais t’exposer représente les VRAIS dieux de ce monde et non votre fausse idole… »

Wuta, Shaman BiggwY

Cueillette et commerce

Les Natifs ont une parfaite connaissance de la nature qui les entoure.

Depuis des temps immémoriaux, ils vivent en harmonie avec la flore et la faune des colonies. Avec l’établissement des colons, les tribus ont pris l’habitude de commercer fourrures, minéraux et plantes médicinales, sans jamais révéler leurs zones de chasse ou de cueillette.

Par cette culture du secret, les natifs restent les seuls à pouvoir approvisionner les colons en plantes et minéraux rares. Bien sûr, dans plusieurs territoires, notamment ceux proches de Georgetown, le secret a été éventé.

Mais les colons de Fort James ignorent encore tout des richesses naturelles qui les entourent…

La légende des Driis

La culture orale des tribus comporte de nombreux contes. Les shamans se servent de ces histoires pour éduquer les jeunes, autant en matière de religion, qu’en riches enseignement de tous les jours.

Octa Drii est le héros de nombre de ces légendes.

On raconte qu’il est celui qui, qui au terme d’une révolte sanglante, aurait libéré les tribus du joug Atlaxis.

Il aurait vaincu des créatures monstrueuses, gagné le respect des Dieux et vécut des aventures fabuleuses.

À mi-chemin entre histoire et affabulation, les récits de Drii sont considérés comme sacrés pour les natifs. Nombre de leurs cérémonies et coutumes y sont décrites et scrupuleusement respecté par les Shamans.

Les tribus

Côte Est

Les Biggwys

Tribu majeure de la côte est, et ennemie héréditaire des Shakuri.

Brutaux, fourbes et sans pitié, ils se battent en utilisant toutes les méthodes de guérilla possibles.

Les Biggwys faisaient partie de l’empire Atlaxi, avant que celui-ci amorce un déclin dû aux défaites successives et à la croisade d’Uther. Depuis, les Biggwys sont une des tribus les plus importantes de la côte Est.

En raison de leur valeur guerrière et de leur affection pour la guérilla, le gouverneur Tyrandien de Georgetown ne tarda pas à signer un traité d’alliance avec les Biggwys, qui servent maintenant comme auxiliaires de l’armée coloniale.

Si la situation était déjà complexe pour les indépendantistes, elle est devenue quasiment insurmontable depuis que ces sauvages sanguinaires arpentent les colonies en traquant aussi bien les indépendantistes que les marrons.

La tribu a gagné en puissance et en richesse depuis cette alliance, surtout grâce au commerce des esclaves, que ce soit avec Tyrandia ou avec la Palombie.

Les Biggwys vénèrent principalement Buluc Chabtan, le Dieu de la Mort Violente.

Les Mopis

Vénérant le grand serpent, les Mopis sont peut-être les plus dérangeants de toutes les tribus. Bien qu’assez petite en comparaison des Biggwys, elle brille par son cannibalisme et ses rites sanglants.

Contrairement aux autres tribus de la côte Est, ils ne commercent pas, ne bâtissent pas, ne plantent pas. Ils vont fanatiquement de massacre en massacre pour plaire à leur dieu serpent.

On les trouve principalement dans la zone de Port Larsouille, mais il n’est pas rare d’en trouver en maraude un peu partout…

Leurs totems de chasse, qu’ils placent en plein cœur des camps et des villages, sont un avertissement : tous ceux qui se trouveraient ici la nuit prochaine, seront sacrifiés au grand serpent. Cet avertissement suffit à vider les localités de ses habitants. Malheur à ceux qui ne fuiraient pas… D’un autre côté, ceux qui fuient sont aussi très vite rattrapés et sacrifiés.

Les Mopis ont rejeté les Dieux. Ils ne se dévouent exclusivement qu’au Grand Serpent et à son culte sanglant.

Côte Ouest

Les Dringlazis

Tribu originaire de la côte Ouest, elle a la particularité d’avoir été en contact avec un groupe d’explorateurs impériaux de l’Empereur Dringlaz.

Cette tribu a été la plus mortellement frappée par les esclavagistes et l’expansion territoriale des coloniaux.

La situation des Dringlazis semblait perdue, pressés à l’Ouest par les colons et à l’Est par les tribus Biggwys et les Mopis, et systématiquement réduite en esclavage et pillée. C’est l’arrivée providentielle des Pirates qui permit à la tribu de retrouver un semblant de sécurité.

Aujourd’hui, les survivants de la tribu ont soit rejoint les pirates de Libertalia, soit la résistance Marron.

Les Driis

Cette tribu du Sud-Ouest de la Géorgie fut la première à souffrir des esclavagistes palombiens.

Autrefois, les Driis dominaient les terres de l’Ouest, et leur rayonnement allait jusqu’aux terres Atlaxis. Aujourd’hui les Driis ne sont plus que quelques groupes semi-nomades, qui gravitent autour des Biggwys.

Cependant, leurs légendes demeurent, et de nombreux contes de ce côté-ci du continent clament encore leurs hauts faits et leur bravoure.

Esclavage : Les Huascas

Les tribus sont toutes esclavagistes.

Même si le principe reste identique en apparence, c’est avant tout une histoire de caste et de religion.

Lors d’un conflit, les braves ennemis sont tués au combat, et ceux qui survivent sont sacrifiés aux Dieux.

Être offert en sacrifice est un honneur qui n’est fait qu’aux guerriers mortellement blessés, qui n’ont pas cédés à l’appel de Tezkatlipoka par orgueil.
Bien que la mise à mort soit sanglante, le guerrier ainsi sacrifié peut offrir pleinement sa mort au dieu de son choix et le rejoindre dans l’après-vie.

Seuls les femmes et les enfants sont réduits en esclavage, car la tribu qui a remporté le combat a prouvé la force de son sang, et il est important de dissocier la lignée des faibles.

On les nomme les Huascas. Ils servent la tribu victorieuse en portant la marque des vaincus. La marque des Huascas est héréditaire, et un seul parent suffit à transmettre cette marque que rien ni personne ne saurait retirer.

Si, dans les faits, les Huascas, peuvent être vendus ou échangés, ils sont généralement mieux traités et jouissent d’une plus grande liberté que les esclaves du reste des colonies.

Les Huascas sont considérés comme des membres de la tribu, et participent à tous les aspects de la vie quotidienne. Ils ne peuvent pas prétendre à diriger la tribu que ce soit en tant que chef ou shaman et sont très souvent mis à l’écart, mais leurs sort n’est en rien comparables aux sévices que subissent les esclaves de Tyrandia.

© 2022

Theme by Anders NorenUp ↑